Le 12 août prochain sera examiné par le Conseil communal de Neuchâtel la pétition (2550 signatures) demandant d’enlever de la place publique la statue du baron David de Pury. Ce commerçant habile, mort en 1786, avait laissé à sa ville natale, Neuchâtel, un legs colossal, pour des buts caritatifs, éducatifs et d’embellissement des bâtiments publics. En 1855, une statue avait salué le bienfaiteur. C’est cette statue que les pétitionnaires veulent déboulonner.

L’immense fortune du baron venait de l’exploitation du bois précieux et du diamant du Brésil. Les pétitionnaires mettent en avant la face sombre de ce généreux donateur, ami du marquis de Pombal et partageant, avec Voltaire et bien d’autre, l’idéologie des Lumières. Dans la foulée des manifestations contre le racisme, l’illustre Neuchâtelois est accusé d’avoir aussi exploité des esclaves dans ses entreprises commerciales, et même d’avoir directement participé à la traite des Africains.

Le Conseil général du canton de Neuchâtel, tout comme les descendants du baron incriminé, ne veulent pas de précipitation, et invitent à examiner l’histoire de plus près. C’est effectivement nécessaire, en mettant au jour non seulement les faits, mais également leur contexte. Contre les atermoiements, les historiens les plus sérieux penchent en faveur des pétitionnaires. Le baron de Pury était actionnaire principal de la Companhia General Pernambuco e Paraíba (CGPP), fortement impliquée dans le «commerce triangulaire», celui qui reliait l’Afrique fournisseur d’esclaves, l’Amérique exploiteur d’esclaves, et l’Europe «humaniste». En tant qu’actionnaire de la CGPP, David de Pury profitait directement du trafic d’esclaves. Les historiens Antonio Carreira et David Eltis estiment que la CGPP a convoyé, de 1760 à 1777, «près de 32'000 personnes réduites en esclavage». Voilà pour les faits.

Oublier l’histoire et son contexte culturel serait cependant pécher non seulement contre le bons sens, mais aussi contre la morale. Dans le XVIIIe siècle brésilien et Nord-américain, l’esclavage constituait une «fait social total» et ne provoquait de scrupules éthiques que dans la conscience de quelques personnes particulièrement vertueuses, dont Montesquieu, ou encore l’évêque Henri Grégoire (dit abbé Grégoire – actuellement au Panthéon) qui fit voter en 1792 la première loi d’abolition de l’esclavage. D’autres lois ont suivi tout au long du XIXe siècle pour lutter contre ce fléau – combat sans fin.

J’ajoute deux sous dans la musique. À ne retenir que les ombres des personnages historiques, on tombe dans un idéalisme naïf; comme si la Révolution française se réduisait aux massacres de septembre et aux pontons de Nantes; comme si l’Église n’était qu’Inquisition et le protestantisme que le bucher de Michel Servet; comme si la politique républicaine de Jules Ferry se réduisait aux expéditions coloniales qu’il a soutenues. L’intelligence plaide également pour conserver en mémoire ces personnages qui partageaient l’idéologie de leur temps; ne serait-ce que pour louer ce qu’ils ont fait de bien dans un siècle qui, comme les siècles qui ont suivi –et comme le nôtre– n’avait rien d’irréprochable.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Séparatisme islamiste

    Étienne Perrot sj - L’histoire religieuse de la Suisse, ses cantons à dénomination «protestante» ou «catholique», puis l’accession à une véritable laïcité respectueuse des droits humains en matière de liberté de

    Lire la suite
  • Dessins de presse

    EpingleChappatte Expo2020 © Chappatte À l’occasion de l’exposition du dessin de presse, présentée au Musée des Beaux-Arts du Locle , j’épingle le rôle de l’humour dans la vie sociale. Comme le signale un confrère

    Lire la suite
  • Superstitions

    Nous baignons depuis plus de trois siècles dans le rationalisme du XVIIe siècle. Mais en dépit de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, en dépit des sarcasmes des Encyclopédistes du XVIIIe

    Lire la suite
  • L'indispensable aide sociale

    CAR Banner CaritasCH Kim f 970x547 Étienne Perrot s j - Jamais n’a semblé plus pertinente la formule du pape Pie XII, reprise par le pape François: «La politique est la forme la plus haute de la

    Lire la suite
  • Écologie valaisanne

    GiletJaune Creative Commons Zero CC0 Dans une interview parue dans Le Temps le vendredi 31 janvier 2020, Christophe Clivaz rappelle que les régions de montagne toucheront de l’argent du fonds climatique, pour se prémunir contre

    Lire la suite
  • Les sanctions de la FINMA

    La FINMA vient de condamner un banquier suisse à… restituer les 750'000 francs indument gagnés par le moyen illégal d’un délit d’initié. Certains s’en étonne. Non pas que l’on ne

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12