Dans quelques jours, le Carême commence. Mais que signifie jeûner à un moment où de nombreuses personnes «jeûnent» et se privent depuis plus d'un an déjà pour cause de pandémie? Que peut bien signifier pour nous le fait de jeûner, alors que nous devons déjà nous passer de tant de choses précieuses et aimées: rencontres, embrassades, voyages, festivités, chants et célébrations de services religieux dans une atmosphère détendue et sans peur? Devrions-nous vraiment abandonner le chocolat et tout ce qui rend cette période au moins quelque peu vivable: une bière le soir, un bon morceau de viande de temps en temps, Facebook ou Netflix ou tout ce à quoi j'avais décidé de renoncer ces dernières années? se demande Beat Altenbach sj.

La situation actuelle nous donne peut-être plus que jamais l'occasion de discerner ce qui compte vraiment dans le jeûne. Il ne peut s'agir de renoncer simplement à quelques plaisir pour un but plutôt personnel comme perdre quelques kilos sur la balance, gagner quelques heures de sommeil en plus, et jouir de la satisfaction d'avoir réussi avec volonté et discipline. Le but du jeûne n'est pas l'auto-optimisation individuelle. «C’est la miséricorde que je veux, et non le sacrifice», dit Jésus dans l'Évangile de Matthieu (Mt 9, 13). Le sacrifice a souvent le caractère de quelque chose d'égocentrique. Je me sacrifie pour obtenir quelque chose: Le bonheur, la santé, la fertilité ou la bienveillance. La miséricorde, en revanche, est liée à la relation et à l'ouverture aux autres. «Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements!» nous enjoins le mercredi des Cendres dans la lecture du livre de Joël (2:13).

Un jeûne sain devrait nous aider à ouvrir notre cœur au monde, aux autres et à Dieu.

Il doit nous permettre de lâcher prise et de nous libérer pour être disponible aux relations et aux rencontres.

Que certains s'imposent aujourd'hui le jeûne des médias sociaux est en fait paradoxal et montre toute l'ambivalence de ces moyens de communication modernes. Considéré comme un lieu de création de relations et de réseaux mondiaux, Instagram, Facebook, Snapchat, Tiktok and Co dégénèrent souvent en un moyen fastidieux d'assurance individuelle: on me voit et on me «like», donc je suis.

Ainsi, si je veux prendre une bonne résolution pour Carême,

je devrais peut-être me demander non pas tant ce dont je veux me passer, mais ce que je veux faire.

Que puis-je faire pour être plus consciemment en relation avec moi-même, avec les autres et avec Dieu? Bien sûr, cela peut nécessiter une certaine renonciation afin de me créer l'espace et le temps nécessaires. Mais le renoncement lui-même n'est pas le but. Par exemple, afin d'éviter d'abandonner complètement les médias sociaux, je pourrais limiter mon temps et l'utiliser principalement pour regarder et reconnaître consciemment les messages des autres avec des commentaires édifiants. Ou bien, pendant un temps libre de Netflix, je pourrais me résoudre à écrire un courriel quotidien ou même une lettre pour entretenir ou raviver d'anciennes connaissances. Même la lecture d’un livre théologique ou d’une biographie d'un saint pourrait être un projet fructueux. Avec seulement dix pages par jour, j’arriverai à 400 pages d'ici Pâques, un beau livre. Et si je veux vraiment renoncer au chocolat et à ma bière, pourquoi ne pas investir l'argent que j'ai économisé dans un sandwich pour l'une des nombreuses personnes qui manquent des produits de première nécessité de nos jours.

Surtout en cette période difficile, où chacun de nous a ses propres stratégies pour faire face à l'anxiété et compenser les besoins non satisfaits, le Carême est un moment privilégié pour me demander ce qui, dans mon quotidien, est vraiment important et sert la vie.

Qu'est-ce qui m'aide dans ce que je désire et désire vraiment être, et qu'est-ce qui m'empêche d'avancer vers ce but?

Que ce discernement nous aide à trouver et à choisir la résolution de Carême qui ouvre nos cœurs et nous rend plus vivants, plus libres et plus aimants.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Profondément touché par l’enfant sans défense

    Profondément touché par l’enfant sans défense

    Le temps de l’Avent, un temps d’attente, touche à sa fin, et celui de la descente de notre Seigneur approche. Valerio Ciriello sj propose une méditation sur l’enfant Jésus, sans défense, qui a vu la lumière du jour pour la première fois il y a plus de 2000 ans dans une étable, à l’extérieur de Bethléem.

    Jésus nu gisait sans

    Lire la suite
  • Une «Messe qui prend son Temps» depuis 20 ans

    Une «Messe qui prend son Temps» depuis 20 ans

    Valerio Ciriello sj de la Province de Suisse était la maître de cérémonie du 20e anniversaire de la «Messe qui prend son Temps...» qui a été fêté à l’église Saint-Ignace de Paris en octobre dernier. Une messe «d'un nouveau type», célébrée par et pour de jeunes adultes, et animée par les jésuites! Son concept? Au lieu des 60 minutes traditionnelles,

    Lire la suite
  • Une leçon d'humilité

    Une leçon d'humilité

    Quel est le lien entre l’aumônerie universitaire catholique de Bâle ( Katholische Universitätgemeinde Basel - kug), la Société des étudiants Marxist Society et à la Fraternité universitaire Jurassia Basiliensis ? Les mauvaises langues répondront, que toutes les trois sont d'une certaine façon d’un autre temps, et qu’elles se valent sur le marché de l'information destinée aux nouveaux étudiants de l'Université de Bâle. Par

    Lire la suite
  • Pourquoi je prie avant de manger

    Pourquoi je prie avant de manger

    Tous les jours, je mange des pommes de terre, des haricots, des légumes de toutes sortes, parfois un steak de bœuf bien assaisonné ou un raisin juteux. Que sont ces aliments que je mets dans ma bouche et que représentent-ils?

    Lire la suite
  • Changer le monde dépend de soi

    Changer le monde dépend de soi

    «Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde!» Ces paroles de Gandhi m’ont accompagné pendant toute la durée des vacances académiques de cet été. Deux mois passés entre le Campus de la Transition à Forges (Paris) et le Schumacher College dans le sud de l’Angleterre qui m'ont ré-ouvert le cœur et l'esprit à l'écologie.

    Lire la suite
  • Annoncer le royaume de Dieu, ici et maintenant

    Annoncer le royaume de Dieu, ici et maintenant

    Le Pape François a fait de ce mois d'octobre 2019 le Mois Missionnaire Extraordinaire, un mois qui marque également le 100e anniversaire de la lettre apostolique Maximum Illud . Rome lui a donné pour thème «Baptisés et envoyés: l’Église du Christ en mission dans le monde».
    «Qu'est-ce que cela signifie pour moi, qui a été baptisé il y a un demi-siècle?»

    Lire la suite
  • 1
  • 2