Fin avril, un article était publié dans la Weltwoche, critiquant le pape François. Une accusation incohérente de plus portée contre l’évêque de Rome, du genre de critiques et insinuations malheureusement régulièrement diffusées par certains médias. Tous ces articles présentent un schéma similaire: la foi de François y est généralement remise en cause tout comme le fait qu’il soit catholique. On le qualifie même parfois de communiste, relève Pascal Meyer sj.

Les raisons de ces attaques contre le saint Père par des groupes politiques de droite sont évidentes. Au début de son pontificat, le pape a déclaré la guerre à un capitalisme impitoyable et exploiteur, défendant vigoureusement les questions humanitaires et écologiques (Laudato si'). Il a critiqué l'inaction (notamment de l'UE) en ce qui concerne les flux de réfugiés dans le monde et isolé, voire évincé, certains dirigeants influents issu de l’aile conservatrice du Vatican. Une position incompatible avec les idées de certains, notamment issus des partis de droite, les thèmes abordés étant souvent les plus sensibles, voire les plus laids, à savoir: mener une politique aux dépens des plus faibles ou de l'environnement.
Certes, les rapports entre économie, écologie et droits humains sont complexes. Mais lorsque la dignité des personnes ne joue plus aucun rôle dans les prises de décisions politiques et économiques; lorsque des personnes sont noyées en Méditerranée, meurent de faim dans les camps de réfugiés ou se tuent à la tâche dans les usines pour un salaire de misère; lorsque des ressources naturelles sont exploitées sans tenir compte des conséquences sur l’environnement et la population locale; lorsque des enfants sont mis au travail dans des mines ou des usines alors qu’ils ont tout juste l’âge d’aller à l’école ou de jouer; lorsque il n’est pas dit un seul mot à propos d’une rémunération équitable de la main-d'œuvre… rien ne peut expliquer rationnellement le maintien d’une politique dévastatrice et des comportements en découlant.

François dénonce la xénophobie et les pratiques d'exploitation prédatrices. Ces aspects ne peuvent être ignorés au nom de la sacro-sainte réussite économique. Rien ne justifie un environnement détruit et pollué; ces manœuvres ne sont en rien synonyme de réussite.

Prôner davantage de richesses au prix d’une exploitation des plus pauvres ou des minorités qui se voient persécutés ou chassés de leur terre, enrichit au mieux nos comptes en banque, mais en aucun cas nos cœurs.

Le pape François met en lumière ces points sensibles du monde globalisé. Ses critiques appellent à une nouvelle réflexion. Une tâche laborieuse et impopulaire à laquelle ceux qui profitent du système sont hermétiques. Alors, pour poursuivre leur système d’exploitation, ils usent d’une stratégie bien différente de celle, informative, du pape: ils diffament, critiquent, essaient dénigrer François dans son identité afin de lui dénier toute autorité légitime. Dans le cas d'un homme politique, on l’aurait sans doute attaqué sur son honnêteté, un artiste sur son talent. Le Pape, c'est sur sa foi catholique qu’il est questionné. Ce qui signifie que le débat d’idées n’a plus sa place, seule subsiste la question de la légitimité d’écouter cet homme. Et de nombreuses personnes de se demander «François est-il vraiment catholique?» La stratégie de la diffamation fonctionne alors parfaitement. 

Franz-Xaver Hiestand sj a fait valoir son droit de réponse dans la Weltwoche, en tentant de défendre l'orthodoxie du pape François comme le ferait un avocat, et avec bienveillance. C’est courageux.Mais face à la méchanceté, il faut parfois frapper plus fort. Lorsque des «détracteurs» se sont mis en tête qu'une personne ou un certain groupe est l'«ennemi» à abattre, le mode combat est déjà activé en eux. Dès lors, aucun argument rationnel ne peut vraiment être entendu.
Pour ma part, je préfère alors renverser les rôles en posant des contre-questions: Croyez-vous en Dieu? Que signifie la foi catholique pour vous? Le fait d'«être catholique» consiste-t-il en une succession de cérémonies mystérieuses, d'un peu de hocus pocus sacré et de la récitation de litanies dont le contenu ne laisse pourtant aucune trace dans la vie? En quel genre de Dieu croient réellement ceux qui ne se soucient pas de la vie des faibles, des déplacés, des personnes âgées, des malades, des enfants à naître et/ou des marginaux de la société? Les personnes qui n'ont pas pu accéder aux sacrements pendant des années en raison de leur éloignement géographique ne sont-elles automatiquement plus croyantes? 

Pour les détracteurs du pape François: La foi est la relation vivante avec Dieu. Mais Dieu comprend aussi sa création, dont l'homme est l'image. Les jésuites enseignent que Dieu peut être cherché et trouvé en toutes choses. Et donc aussi dans la rencontre avec nos semblables. D'une part, cette foi nous ouvre les yeux sur le divin, partout on nous les posons. D'autre part, elle ouvre le cœur à tous, même à ceux sont complètement différents de nous. La féministe Dorothy Day nous a laissé une pensée sage à méditer, bien qu’ardue: «Je n'aime réellement Dieu qu'autant que la personne que j'aime le moins». 

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Profondément touché par l’enfant sans défense

    Profondément touché par l’enfant sans défense

    Le temps de l’Avent, un temps d’attente, touche à sa fin, et celui de la descente de notre Seigneur approche. Valerio Ciriello sj propose une méditation sur l’enfant Jésus, sans défense, qui a vu la lumière du jour pour la première fois il y a plus de 2000 ans dans une étable, à l’extérieur de Bethléem.

    Jésus nu gisait sans

    Lire la suite
  • Une «Messe qui prend son Temps» depuis 20 ans

    Une «Messe qui prend son Temps» depuis 20 ans

    Valerio Ciriello sj de la Province de Suisse était la maître de cérémonie du 20e anniversaire de la «Messe qui prend son Temps...» qui a été fêté à l’église Saint-Ignace de Paris en octobre dernier. Une messe «d'un nouveau type», célébrée par et pour de jeunes adultes, et animée par les jésuites! Son concept? Au lieu des 60 minutes traditionnelles,

    Lire la suite
  • Une leçon d'humilité

    Une leçon d'humilité

    Quel est le lien entre l’aumônerie universitaire catholique de Bâle ( Katholische Universitätgemeinde Basel - kug), la Société des étudiants Marxist Society et à la Fraternité universitaire Jurassia Basiliensis ? Les mauvaises langues répondront, que toutes les trois sont d'une certaine façon d’un autre temps, et qu’elles se valent sur le marché de l'information destinée aux nouveaux étudiants de l'Université de Bâle. Par

    Lire la suite
  • Pourquoi je prie avant de manger

    Pourquoi je prie avant de manger

    Tous les jours, je mange des pommes de terre, des haricots, des légumes de toutes sortes, parfois un steak de bœuf bien assaisonné ou un raisin juteux. Que sont ces aliments que je mets dans ma bouche et que représentent-ils?

    Lire la suite
  • Changer le monde dépend de soi

    Changer le monde dépend de soi

    «Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde!» Ces paroles de Gandhi m’ont accompagné pendant toute la durée des vacances académiques de cet été. Deux mois passés entre le Campus de la Transition à Forges (Paris) et le Schumacher College dans le sud de l’Angleterre qui m'ont ré-ouvert le cœur et l'esprit à l'écologie.

    Lire la suite
  • Annoncer le royaume de Dieu, ici et maintenant

    Annoncer le royaume de Dieu, ici et maintenant

    Le Pape François a fait de ce mois d'octobre 2019 le Mois Missionnaire Extraordinaire, un mois qui marque également le 100e anniversaire de la lettre apostolique Maximum Illud . Rome lui a donné pour thème «Baptisés et envoyés: l’Église du Christ en mission dans le monde».
    «Qu'est-ce que cela signifie pour moi, qui a été baptisé il y a un demi-siècle?»

    Lire la suite
  • 1
  • 2