Les chroniques

Quel regard portent les jésuites sur l'actualité culturelle, économique, politique, vaticane, sociale ou bien encore médiatique ?
Faites-vous votre opinion en suivant leur chronique régulière. Et faites-leur part de vos réactions !


Face à la mendicité

Dans une précédente chronique, j’avais épinglé la réglementation genevoise de 2007 qui interdit la mendicité sur le territoire du canton . Le canton de Vaud a, depuis lors, édicté une semblable interdiction radicale (ici). L’avantage d’une telle interdiction pure et nette est d’être simple à comprendre; elle évite le problème difficile, parfois impossible à résoudre d’une façon pleinement satisfaisante, de l’appréciation des circonstances particulières, de la situation singulière des mendiants, de leur itinéraire souvent chaotique, voire inimaginable, et qui font que certains d’entre eux ne rentrent dans aucune catégorie administrative qui les rendraient éligible à une aide publique. Même les grandes organisations caritatives connaissent ce problème, car elles fonctionnent nécessairement, comme tout système organisé, par voie de catégories. Sur le terrain, force est de constater que certains mendiants n’ont guère d’autres ressources que celle de tendre la main à la générosité des passants.

Lire la suite...

La Bonne nouvelle (Mc 1,14-20)

C’est le moment, il n’y a plus à attendre, le règne de Dieu est à la porte. Cette bonne nouvelle n’est pas annoncée dans la très orthodoxe Judée, patrie du Temple et du clergé, mais dans cette terre de brassage qu’est la Galilée, carrefour des païens, où s’agite une population aussi bigarrée et diverse que celle de nos villes et de nos réseaux sociaux: commerçants qui n’ont que les affaires en tête, soldats païens, fonctionnaires qui font le jeu de l’occupant, immigrés de diverses origines, juifs observants. C’est à ce petit monde disparate que s’adresse la Bonne nouvelle.

Lire la suite...

L'essentiel

Primum vivere! D’abord, il faut vivre. Vivre, c’est bien-sûr, aux yeux de tous nos concitoyens, assurer les moyens matériels, organisationnels, sanitaires et sociaux de la continuité biologique de notre organisme physique. Le bon sens parle ici. Je ne crache pas sur cette interprétation immédiate des «besoins essentiels» qui permet à la Confédération de décider pour six semaines la fermeture des enseignes «non essentielles». Mais comment distinguer? Il y a là, dans ce discernement des hautes autorités de la Confédération, une part d’arbitraire qui sera de toutes façons mal vu de la part des commerçants touchés par la fermeture de leur enseigne.

Lire la suite...

Le cœur plus que les idées

Entre curiosité et désir, deux hommes suivent Jésus. Ils se sont mis en route, parce que Jean a attiré leur attention en le désignant comme le Messie, celui qui peut combler leur attente. Jésus, qui va son chemin, se retourne. Sans engager une discussion sur le Messie, il se contente de les interpeller et de les renvoyer à eux-mêmes. Que cherchent-ils? Qu’ils clarifient cet obscur désir qui les habite. La réponse est immédiate, concrète et pratique: ils souhaitent faire connaissance, et le rencontrer dans son lieu. (Jn 1,35-42)

Lire la suite...

Recrues en pyjama

La pandémie galopante a conduit les responsables militaires à mettre en place, pour les trois premières semaines de l’école de recrues, une formation «en distanciel», comme on dit maintenant. «Les recrues recevront un code d’accès à un logiciel fermé qui leur permettra (à raison de six heures par jour) d’apprendre les règlements de service, les prescriptions de sécurité du fusil d’assaut ou encore les grades par l’intermédiaire de plusieurs modules, explique un responsable. Il suffira aux recrues de disposer d’un ordinateur et une connexion internet.» Ce système ne s’appliquera qu’à un peu moins de la moitié des recrues attendues en février 2021; ces recrues ne rejoindront les casernes que trois semaines plus tard, le temps nécessaire pour que les éventuels contaminés au Covid-19 de la première fournée accomplissent la quarantaine qui s’impose.

Lire la suite...

Jésus entre en scène (Mc 1,7-11)

L’Évangile selon Matthieu commence par la généalogie de Jésus, celui de Luc par sa naissance à Bethléem, Jean remonte jusque dans les arcanes de la Trinité et de la création du monde pour parler du Verbe. Pour Marc, Jésus entre en scène de manière soudaine, en commençant sa vie publique sans préliminaire. Celui que les prophètes annonçaient, que les générations attendent, est là, plus fort que tous les saints personnages qui l’ont précédé. Solidaire de la foule empêtrée dans le péché mais travaillée par le désir de Dieu, il est baptisé par Jean dans le Jourdain. 

Lire la suite...

La marche de l’humanité

Blanc, jaune et noir selon la tradition, les trois mages incarnent l’humanité tout entière, toutes races et cultures confondues dans la recherche du salut, d’un Paradis perdu. Une question les habite: «où est le chemin?». Melchior porte l’or, symbole du pouvoir économique, de toutes les convoitises, source de toutes les guerres; à Gaspard, l’encens des prières, des religions et des offrandes destinées à gagner la faveur des dieux, racine d’intolérance; pour Balthazar, la myrrhe aux vertus curatives, les promesses de santé qui éloignent la mort et défient le ciel.

Lire la suite...

Bilan de gestion de crise

Passée l’année 2020, les bilans se multiplient d’une période atypique, riche en angoisses et en déconvenues. Un rapport officiel de la Chancellerie fédérale, paru mi-décembre, concernant la gestion suisse de la pandémie durant l’année passée -quoi que n’ayant eu guère d’échos dans les médias helvétiques- est plus qu’intéressant. Tout en épinglant des erreurs, il met au jour des faiblesses structurelles de nos institutions, alors même qu’il n’y eut aucune faute personnelle commise par les responsables politiques.

Lire la suite...

Accord sur le Brexit, une voie pour la Suisse

La Suisse peut-elle s’inspirer de l’accord (plus de deux mille pages!) conclu la veille de Noël 2020 entre l’Union européenne et la Grande Bretagne?
La réponse dépend du jugement que l’on porte sur le gagnant et le perdant. Pour les uns, la «perfide Albion», comme disent les Français en désignant ainsi l’Angleterre, a une nouvelle fois fait pencher la balance en sa faveur: les produits britanniques entreront dans l’Union européenne sans droits de douane particuliers (sinon sans coût supplémentaire, puisque les formalités douanières sont renforcées -ce qui vaut également pour les exportations européennes) alors que la législation sociale britannique ne sera pas tenue de suivre celle de l’Union- mais ne pourra pas régresser en deçà de ce qu’elle est aujourd’hui. La pêche européenne dans les eaux anglaises devra diminuer de 25% (en valeur) dans un premier temps. Bref, Boris Johnson a de quoi triompher.

Lire la suite...

Noël au temps de la contrainte

Noël en période de crise! Noël amputé? Réunions réduites, restaurants fermés, liturgies dépouillées, toute l’exubérance qui faisait de cette nuit une fête de lumières aux joyeux accents, sacrifiée au nom des contraintes sanitaires. Un Noël de regrets, ou une chance?
En contraignant le folklore et la commercialisation à outrance, les mesures imposées nous administrent une leçon de réalisme: elles nous rapprochent de l’événement célébré. Car c’est bien une naissance sous le signe de la contrainte qui nous réjouit d’années en années.

Lire la suite...

Noël: Il est né …

«Avez-vous remarqué qu’il y a deux faces à Noël, une face illuminée et une face plus discrète, toute intérieure?», interpelle Jean-Bernard Livio sj. «Et combien nous avons de la peine à tenir les deux bouts! Écrasés que nous sommes dès la mi-novembre (et parfois encore plus tôt!) par cette irruption de lampes, de guirlandes électriques, d’enseignes agressives par leur scintillement tapageur, depuis les décorations de nos boutiques et centres commerciaux jusqu’à nos décorations familiales de sapins où brillent désormais lampes et boules artificielles: heureusement pour la sécurité de nos appartements et maisons, les vraies bougies ont disparu de nos sapins domestiques! Pas toutes cependant : il reste les quatre bougies des couronnes de l’Avent, que vous avez allumées dimanche après dimanche dans un petit coin de votre intérieur, là peut-être justement où il fallait mettre un peu d’intimité.»

Lire la suite...

«Je demeurerai avec eux»

En ces temps où la maladie, le malheur, le mal-être deviennent plus palpables et visibles, et alors que Noël approche, comment le chrétien peut-il réagir? questionne Luc Ruedin sj. Responsable de l'Espace Zundel à Lausanne, le jésuite propose six pistes de réflexions et une conclusion!
Septième jour de chronique: La conclusion.

Lire la suite...

Que tout advienne selon ta Parole!

«Nous voilà à deux pas de Noël: c’est à quoi les textes de la liturgie de ce 4e et dernier dimanche de l’Avent nous préparent», rappelle l'exégète et archéologue Jean-Bernard Livio sj. «Et tout d’abord l’évangile, très connu -trop connu peut-être- de l’Annonciation: relisons-le.»

Lors de la première vague de pandémie de ce printemps, les jésuites de Montcheuil (Villars-sur-Glâne) avaient décidé en communauté de partager avec tous quelques réflexions pour meubler les solitudes par Sa présence. Ils renouvellent l’expérience en cette nouvelle période de semi-confinement en proposant une homélie pour chaque dimanche de l’Avent. «Ce ne sont que quelques pistes, à gouter.» La Parole de Dieu étant comme le bon pain -plus savoureux si on le partage!- n’hésitez pas à nous partager vos réaction (), et à les partager également autour de vous.

Lire la suite...

Voeux pour l'Église

La fin de l’année civile fait renaître le rite des vœux. Que souhaiter? à qui? comment? Quel prix y mettre? La clientèle des entreprises ou les électeurs y sont-ils sensibles? Je ne le pense pas vraiment. Car les formules utilisées par les vœux reçus des entreprises ou des politiciens sentent trop le travail laborieux du service de la communication qui a peaufiné les mots et les qualificatifs. Faut-il agrémenter ces vœux de quelque cadeau? Là encore, l’hésitation est permise. Un cadeau trop vulgaire est contreproductif. Un cadeau trop onéreux suscite l’interrogation. (Je soupçonne le gaspillage après un mouvement de contentement satisfait.) Concernant les employés ou les contribuables, l’hésitation n’est pas moindre. Les «étrennes» comme disaient nos aïeux, doivent être significatives, sous peines de manquer leur cible. Faut-il alors -la pandémie peut servir cette année de couverture- viser la formule minimale, voire la suppression de ce rituel? Ce n’est pas plus sûr.

Lire la suite...

Croire à l’impossible (Lc 1,26-38)

Étrange conception d’un enfant, et pas de n’importe quel enfant. Le portrait, ébauché par l’ange à l’aide de citations de l’Ancien Testament, laisse entendre qu’il s’agit de celui que les juifs appelaient le Messie, un envoyé de Dieu qui vient rétablir un monde plus conforme à celui sorti des mains du créateur.

L’enfant annoncé n’a pas de géniteur, ce petit n’est pas l’œuvre d’un homme. C’est bien là le problème au regard de la science. Mais s’agit-il de science ici? L’Évangile, n’est pas un traité d’obstétrique; il délivre un message religieux que seules la foi et l’espérance peuvent accueillir sans sourciller. Conçu indépendamment de toute intervention humaine, cet enfant est un pur cadeau du ciel. L’initiative humaine est écartée au profit de la gratuité de l’intervention divine. Comme pour la création, Dieu est l’auteur exclusif du salut. Parce qu’il ne se sauve pas lui-même, l’homme n’est pour rien dans l’incarnation du sauveur. Il ne peut que l’accueillir avec reconnaissance comme un don.

Lire la suite...

Accepter que Dieu prenne sur Lui mon combat

En ces temps où la maladie, le malheur, le mal-être deviennent plus palpables et visibles, et alors que Noël approche, comment le chrétien peut-il réagir? questionne Luc Ruedin sj. Responsable de l'Espace Zundel à Lausanne, le jésuite propose six pistes de réflexions et une conclusion, en mots et en musique! Il vous donne rendez-vous deux fois par semaine pour les découvrir, le mardi et le vendredi, jusqu'au 22 décembre!
Cinquième hypothèse: Avec Dieu.

Lire la suite...

Passer du «il» au «Tu»

En ces temps où la maladie, le malheur, le mal-être deviennent plus palpables et visibles, et alors que Noël approche, comment le chrétien peut-il réagir? questionne Luc Ruedin sj. Responsable de l'Espace Zundel à Lausanne, le jésuite propose sept pistes de réflexions, en mots et en musique! Il vous donne rendez-vous deux fois par semaine pour les découvrir, le mardi et le vendredi, jusqu'au 22 décembre!
Cinquième hypothèse: À Dieu.

Lire la suite...

Un dimanche de joie

«Le 3e dimanche de l’Avent est un dimanche de joie, un des rares dimanches de l’année liturgique où le célébrant porte une chasuble rose!», relate l'exégète et archéologue Jean-Bernard Livio sj. «Que cette joie rejoigne les coins les plus obscurs de votre cœur pour y mettre Sa Lumière!»

Lors de la première vague de pandémie de ce printemps, les jésuites de Montcheuil (Villars-sur-Glâne) avaient décidé en communauté de partager avec tous quelques réflexions pour meubler les solitudes par Sa présence. Ils renouvellent l’expérience en cette nouvelle période de semi-confinement en proposant une homélie pour chaque dimanche de l’Avent. «Ce ne sont que quelques pistes, à gouter.» La Parole de Dieu étant comme le bon pain -plus savoureux si on le partage!- n’hésitez pas à nous partager vos réaction (), et à les partager également autour de vous.

Lire la suite...

L’originalité chrétienne (Jn 1,6-8.19-28)

Jean est le dernier maillon de la longue chaîne des prophètes, ces hommes qui ont annoncé une intervention décisive de Dieu dans l’histoire, et entretenu l’espérance de la venue de celui que l’on appelle le Messie, l’Envoyé de Dieu. L’austérité de vie et la force de la prédication du Baptiste ont enthousiasmé à ce point les foules que les autorités religieuses, qui s’estiment gardiennes -propriétaires- du salut, ont aussitôt mené l’enquête. L’identité du personnage, l’orthodoxie de sa prédication, la légalité de son baptême font problème. Pour qui se prend-t-il? De qui tient-il son mandat? Il s’agit de vérifier si tout cela cadre avec l’enseignement officiel.

Lire la suite...

La cloche de Plan-les-Ouates

L’affaire de la cloche de Plan-les-Ouates me donne l’occasion d’oublier pendant un instant les contraintes sanitaires qui saturent les médias depuis plusieurs semaines. Une habitante demande que la cloche se taise durant la nuit. Une association de citoyens s’y oppose. Les villages français connaissent depuis plus d’un siècle ce type de débat, calme nocturne contre tradition. La particularité de l’actualité de Plan-les-Ouates est qu’il ne s’agit pas ici, comme en France, de l’opposition entre une manifestation religieuse -les cloches des églises, même lorsqu’elles ne font que sonner les heures sous la responsabilité de la municipalité- et les tenants d’une laïcité élargie à tout l’espace public (contre les Droits humains qui reconnaissent la liberté de manifester publiquement ses appartenances religieuses, pour peu que ces manifestations ne troublent pas l’ordre public. That is the question!) En revanche, ici à Plan-les-Ouates, la cloche, tout en étant sous la responsabilité de la municipalité, n’est pas le signe d’une manifestation religieuse. Ce qui devrait faciliter la solution.

Lire la suite...

Lui donner la possibilité de Se révéler

En ces temps où la maladie, le malheur, le mal-être deviennent plus palpables et visibles, et alors que Noël approche, comment le chrétien peut-il réagir? questionne Luc Ruedin sj. Responsable de l'Espace Zundel à Lausanne, le jésuite propose sept pistes de réflexions, en mots et en musique! Il vous donne rendez-vous deux fois par semaine pour les découvrir, le mardi et le vendredi, jusqu'au 22 décembre!
Quatrième hypothèse: En Dieu.

Lire la suite...

Noël à Bethléem au temps de la Covid-19

Avec la crise du coronavirus, les pèlerinages en Terre Sainte sont complètement à l’arrêt depuis des mois, laissant sans revenu des milliers de familles palestiniennes vivant de l’accueil des visiteurs. «C’est une véritable catastrophe pour toute la filière qui vit du tourisme et des pèlerinages», confie le Père Jean-Bernard Livio sj, qui a déjà dû annuler cette année trois visites «Bible en mains» en Israël-Palestine.

Lire la suite...

Et si Dieu n'était pas là...

En ces temps où la maladie, le malheur, le mal-être deviennent plus palpables et visibles, et alors que Noël approche, comment le chrétien peut-il réagir? questionne Luc Ruedin sj. Responsable de l'Espace Zundel à Lausanne, le jésuite propose sept pistes de réflexions, en mots et en musique! Il vous donne rendez-vous deux fois par semaine pour les découvrir, le mardi et le vendredi, jusqu'au 22 décembre!
Troisième hypothèse: Sans Dieu.

Lire la suite...

Dis, quand, viendra-t-il?

«Voici le Seigneur Dieu! Il vient! tel est le thème central qui nous est proposé par les lectures de ce 2e dimanche de l’Avent de l'année B 2020. Que pouvons-nous en retenir?», interroge l'exégète et archéologue Jean-Bernard Livio sj. Et tout d’abord c’est pour quand? Quand viendra-t-il?

Lors de la première vague de pandémie de ce printemps, les jésuites de Montcheuil (Villars-sur-Glâne) avaient décidé en communauté de partager avec tous quelques réflexions pour meubler les solitudes par Sa présence. Ils renouvellent l’expérience en cette nouvelle période de semi-confinement en proposant une homélie pour chaque dimanche de l’Avent. «Ce ne sont que quelques pistes, à gouter.» La Parole de Dieu étant comme le bon pain -plus savoureux si on le partage!- n’hésitez pas à nous partager vos réaction (), et à les partager également autour de vous.

Lire la suite...

La jauge de 50 personnes, entre Pétaud et Procuste

@ Pascal Deloche / Godong

Vendredi 4 décembre 2020 dernier, décision fut prise de rouvrir à partir du 19 décembre prochain les salles de cinéma, de théâtre et de spectacle dans les cantons romands de Fribourg, Genève, Neuchâtel et Vaud. La condition est que se confirme «la tendance sanitaire favorable». À quoi s’ajoute la condition fixée par la Confédération: n’accueillir que cinquante personnes au maximum. Cette «jauge» de cinquante personnes est jugée technocratique, inadaptée, idéologique -en un mot stupide- par les responsables de la gestion des lieux concernés; d’autant plus qu’aucun cluster ne s’est déclaré jusqu’à maintenant dans une salle de spectacle.

Lire la suite...

Le rite et la réalité (Mc 1,1-8)

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, Fils de Dieu. L’allusion à un autre commencement, celui du récit de la création, est voulue. Qui parle de commencement, laisse entendre qu’il va y avoir une suite; le lecteur est invité à tourner son regard vers l’avenir. À plus forte raison, s’il s’agit d’un événement attendu avec impatience, d’une bonne nouvelle.

Lire la suite...

Innocenter Dieu...

En ces temps où la maladie, le malheur, le mal-être deviennent plus palpables et visibles, et alors que Noël approche, comment le chrétien peut-il réagir? questionne Luc Ruedin sj. Responsable de l'Espace Zundel à Lausanne, le jésuite propose sept pistes de réponses, en mots et en musique! Il vous donne rendez-vous deux fois par semaine pour les découvrir, le mardi et le vendredi, jusqu'au 22 décembre!
Deuxième réaction: Pour Dieu.

Lire la suite...

Démocratie helvétique

Selon la formule consacrée par les journaux du lundi matin 30 novembre 2020, seul le fédéralisme helvétique a fait échouer l’initiative populaire «pour des entreprises responsables». La revue choisir et la plupart des Églises chrétiennes avaient, sans hésitation (mis-à-part l’évêché de Coire), soutenu l’initiative. Elles avaient été accusées pour l’occasion de «se mêler de politique, ce qui n’est pas leur vocation». Les curés et les pasteurs hors de la sacristie n’ont donc pas suffit à emporter l’adhésion. Et cependant une majorité de la population a soutenu l’initiative (50,73%). Mais quatorze cantons, plus un demi-canton, s’y sont opposés. La loi électorale suisse est malheureusement ici sans appel.

Lire la suite...

Se tenir droit, devant le malheur

En ces temps où la maladie, le malheur, le mal-être deviennent plus palpables et visibles, et alors que Noël approche, comment le chrétien peut-il réagir? questionne Luc Ruedin sj. Responsable de l'Espace Zundel à Lausanne, le jésuite propose sept pistes de réponses distincts, en mots et en musique! Il vous donne rendez-vous deux fois par semaine, le mardi et le vendredi, du 1er au 22 décembre!
Réaction première: Contre Dieu.

Lire la suite...

«Rentre en toi-même pour aller au devant de ton Dieu!»

«En pleine période de confinement, alors que je suis tenté de râler parce que je dois tout annuler, en particulier déplacements et voyages, me reviennent ces mots de Bernard de Clairvaux (XIIe siècle), dans un sermon pour le premier dimanche de l’Avent», se remémore Jean-Bernard Livio sj: Tu n'as pas besoin, ô homme, de passer les mers, de t’élever dans les nuages, de gravir les montagnes. La route qui t’est montrée devant toi n'est pas longue à parcourir: tu n’as qu’à rentrer en toi-même pour aller au devant de ton Dieu.

Lors de la première vague de pandémie de ce printemps, les jésuites de Montcheuil (Villars-sur-Glâne) avaient décidé en communauté de partager avec tous quelques réflexions pour meubler les solitudes par Sa présence. Ils renouvellent l’expérience en cette nouvelle période de semi-confinement en proposant une homélie pour chaque dimanche de l’Avent. «Ce ne sont que quelques pistes, à gouter.» La Parole de Dieu étant comme le bon pain -plus savoureux si on le partage!- n’hésitez pas à nous partager vos réaction (), et à les partager également autour de vous.

Lire la suite...