Le billet spirituel de Luc Ruedin sj

LucRuedin vertical22 ef721

Des Exercices spirituels aux billets du même nom, il y a un large pont que Luc Ruedin sj emprunte aisément depuis de nombreuses années.  Chaque mois, sur ce site, il vous propose une nouvelle balade réflexive. A suivre sans modération.

Né en 1962, entré chez les jésuites en 1995, Luc Ruedin sj accompagne les Exercices spirituels, donne des sessions sur divers thèmes (Prière du cœur selon la tradition de Franz Jalics sj, Etty Hillesum, Georges Haldas, etc.). Le Père Ruedin, travailleur social et théologien, est également membre du comité de rédaction de la revue choisir. En septembre 2016, il a été nommé accompagnant spirituel au service de l’aumônerie œcuménique du CHUV.


De la pleine conscience au cœur

Parfois je me surprends à vivre en dehors de moi-même. J’ai l’impression alors que ma vie s’écoule hors, à côté ou derrière moi. Distrait, préoccupé, tournant en rond, ruminant mes états d’âme, fuyant dans l’activisme, je ne suis pas présent à moi-même. Bref, je suis ailleurs mais pas ici, avant ou après mais pas maintenant, dehors mais pas dedans. Dans un éclair, il m’arrive d’en prendre douloureusement conscience. « Cette vie que je mène n’est qu’une vie morte » disait déjà Lucrèce.

Le succès de la méditation lié au mode de vie imposé par notre société – le paysan d’autrefois pratiquait, comme Mr. Jourdain la prose, la pleine conscience sans le savoir – nous rend attentif à l’importance de vivre l’instant présent, d’habiter son corps, d’accepter ce qui est, de faire la clarté dans la confusion des états d’âme et de les réguler afin d’accroître sa présence à soi et au monde. Rousseau en son temps ne nous enseignait-il pas déjà que rentrer en soi-même et écouter la voix de sa conscience dans le silence des passions était vertu, science sublime des âmes simples ?

Si l’introspection et la quête de la pleine conscience sont hygiène mentale pour vivre en bonne intelligence avec soi-même et le monde, elles n’en demeurent que le socle sur lequel l’aventure spirituelle peut être se vivre. Car l’expérience d’éveil, ce voile qui nous empêchait de voir et qui soudain se déchire, cette porte qui s’ouvre sur une autre demeure, ce souvenir qui nous arrête net et brise la monotonie de notre quotidien, n’est que le seuil qui mène de l’autre côté du miroir : « la beauté de ce que notre œil voit est parfois subtile et poignante comme une lame qui pénétrerait jusqu’au cœur même du mystère, et semble même atteindre l’autre côté des choses » Il faut le souffle de l’Esprit qui se joint à notre esprit pour pressentir et parfois séjourner en cet autre monde qui fonde et tisse notre quotidien. Il est là si proche et pourtant ineffable, si difficilement dicible.

Dans la Bible la rencontre de Dieu - l’éveil - se vit par et dans le cœur. S’efforcer à la pleine conscience est aidant. Il faut toutefois l’heureuse brisure ouvrant un passage. L’accès à notre cœur nous donne alors de percevoir que nous sommes nés de Dieu, vivants pleinement par Son Amour.

Luc Ruedin sj

Les chroniqueurs

etienne perrotLe coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

PierreEmonet 2016 portraitWeb 2 1bb49Le point de vue
de Pierre Emonet sj

BrunoWeb 2 95ea8La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

LucRuedin vertical22 ef721Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

jean-bernard livioLes journées bibliques
de Jean-Bernard Livio sj

albert longchampLe coin lecture
d'Albert Longchamp sj

Archives

Vivre de temps d'arrêts

Malgré notre bonne volonté et les décisions -«c'est promis, la prochaine fois...»-, nous nous laissons trop souvent reprendre par le flux continu du stress: obligations, contraintes, nécessités; mais aussi plaisirs, rencontres, découvertes nous meuvent ou nous attirent. Certes, mille bonnes raisons à cela: les enfants qui nous demandent jusqu'à la fatigue, l'époux ou l'ami avec qui il est bon de passer des temps privilégiés, les rendez-vous professionnels à caser dans nos agendas déjà si chargés...

Des libertés…

«Je fais ce que je veux». Cette exigence infantile, combien de fois ne l’ai-je entendue? N’étais-ce pas l’affirmation de ma liberté dans ma prime jeunesse? Je croyais qu’en accomplissant toutes mes envies, le monde m’appartiendrais. Je ne percevais pas qu’en devenant esclave de mes pulsions les plus intempestives et les moins réfléchies, je devenais le jouet aveugle de mes passions. Fou que j’étais! Je me croyais libre alors que j’étais sous le joug des plus puissants de tous les maitres.

De la conversation spirituelle

Voici peu, il me fut donné lors d’une conversation spirituelle avec une amie de réfléchir à ce que coûtait d’écouter l’autre. Elle me disait combien elle se laissait parfois vider par le besoin insatiable d’être écouté qu’éprouvent ceux qui viennent se confier à elle.